15/12/2010 : Enquête : les SVT vus par les investisseurs

Cette page est une archive, elle est disponible uniquement en français et en anglais.

Le sondage

IEM Finance a réalisé le huitième sondage en ligne auprès des clients des Spécialistes en Valeurs du Trésor du 11 octobre 2010 au 5 novembre 2010. Ce sondage, effectué à la demande de l'Agence France Trésor (AFT), porte sur la qualité de la relation commerciale et des services apportés par les SVT à leurs clients.
Personne en dehors d'IEM Finance, pas même l'AFT, n'a accès aux réponses nominatives des clients des SVT.
En 2010, 342 personnes ont répondu au questionnaire.

Principaux résultats de l'enquête: 

- Sur le marché des taux en général, Barclays Capital reste en première position depuis 2007 du classement des cinq SVT le plus fréquemment cités par les sondés comme étant leur principal partenaire. Citigroup, qui avait fait son entrée dans le classement en 2009, monte en deuxième position cette année et HSBC fait son apparition en troisième position. Enfin BNP Paribas et JP Morgan restent présents dans ce groupe de tête (depuis 2003 pour BNP Paribas et 2005 pour JP Morgan).

- Sur le marché des valeurs du Trésor français, BNP Paribas reste depuis l'orgine du sondage en 2003 en première position du classement des cinq SVT le plus fréquemment cités par les sondés comme étant leur principal partenaire. Le reste du classement est très peu modifié par rapport à 2009.
( 1 - BNP Paribas ; 2 - Barclays Capital ; 3 - Société Générale ; 4 - HSBC ; 5 - Crédit Agricole - CIB).

- Le fait d'être SVT reste le critère le plus important pour la sélection d'un intermédiaire malgré un léger effritement observé en 2010. La league table de l'AFT a regagné de son importance aux yeux des sondés en 2010, celle-ci atteint même son plus haut niveau depuis l'origine du sondage en 2003, alors que l'importance attachée aux League Tables des grands médias financiers a baissé.

- S'agissant de l'importance attachée à la qualité des services apportés par les SVT, la qualité du pricing arrive toujours largement en tête malgré une légère baisse en 2010. La proportion de sondés qui la considèrent comme « très importante » passe de 88,8% en 2009 à 85,8% en 2010. On observe également une baisse de l'importance attachée à la qualité de la recherche pour la 4ème année consécutive (36,1% contre 38,6% en 2009) ainsi que sur la qualité du back/middle-office (28,3% contre 30,2% en 2009) . A l'inverse, la proportion de sondés qui considèrent la qualité de l'information, du conseil et du sales coverage comme « très importante » a nettement augmenté en 2010 (56% contre 51,9% en 2009).

- Le classement des cinq SVT le plus souvent cités pour la couverture d'information sur les produits émis par l'Etat français est peu modifié en 2010 par rapport aux années précédentes. HSBC y fait son entrée, en quatrième position, les autres SVT classés étant, dans l'ordre : BNP Paribas, Barclays Capital, Société Générale et Crédit Agricole.

- La moyenne des notes obtenues par les SVT progresse par rapport à l'an dernier pour l'information le conseil et le sales coverage (7,3/10) ainsi que pour la qualité de la recherche (7,4/10). Elle reste stable pour la qualité du pricing (7,3/10).

- Comme les années précédentes, la grande majorité des sondés (96%) sont très satisfaits ou plutôt satisfaits du fonctionnement du marché de la dette française.

- Sur l'ensemble des produits émis par l'Etat français, on note en 2010, comme en 2009, une hausse de l'appréciation de la liquidité. Ainsi une très grande majorité des investisseurs se disent très satisfaits ou plutôt satisfaits de la liquidité sur les BTF, les BTAN, les OAT et les OATi/OATei, à hauteur respectivement de 73%, 93,9%, 96,4% et 55,8%, à comparer à 65,7%, 92,2%, 95,3% et 43,8% en 2009.

- Enfin, s'agissant de la stratégie de l'AFT de faire preuve de davantage de flexibilité dans le choix des titres à émettre, en proposant souvent la réouverture d'anciennes lignes (off-the-run), la grande majorité des sondés (72,8%) sont très satisfaits ou plutôt satisfaits. 20,9 % ne se prononcent pas.

Contact presse :
Pierre Salaun
01 40 04 15 50
06 72 24 03 88